Apicultures au XXIe siècle : écologie versus business ?

La forte présence des abeilles sur la scène publique comme symbole de la crise de la biodiversité, corrélée à la notoriété des bienfaits des produits de la ruche, attirent ces dernières années les regards des chercheurs en sciences sociales. L’ouvrage proposé ici présente ce champ de recherches en pleine émergence, avec pour ligne de mire les questions suivantes : qu’est-ce que les sciences sociales sont susceptibles d’apporter dans la réflexion actuelle sur la disparition des abeilles ? Comment se saisir d’un domaine de recherches traditionnellement dévolu aux sciences de la vie et à la dimension technique ou biologique de la vie de la ruche ? Comme on le verra dans le livre, la pollinisation des cultures, l’élevage des abeilles, le choix des miellées et des ruches, la récolte et la vente du miel, autrement dit les dimensions sociétale, politique et économique de l’apiculture, sont en réalité des clés de compréhension centrales de la relation que les sociétés humaines entretiennent avec les abeilles. 

___________

Dorothée Dussy est anthropologue au CNRS (Centre Norbert Elias, Marseille). Elle a publié des recherches sur les rapports de domination dans différents contextes. La démarche écoféministe, qui articule la domination des femmes et des enfants, la prédation de la nature, et le capitalisme, lui sert de cadre d’analyse aux recherches qu’elle a entamées sur l’apiculture et les formes de la collaboration hommes-abeilles en France et en Europe. 

___________

Elsa Faugère est anthropologue à l’INRA, membre de l’unité de recherche Ecodéveloppement (UR 767, Avignon). Elle a publié plusieurs ouvrages sur les questions d’environnement qu’elle étudie sous l’angle des liens entre sciences naturalistes et société. Elle est co-fondatrice du réseau national de recherches « abeilles et sociétés » qui réunit des étudiants, des doctorants et des chercheurs impliqués dans les recherches sur les mondes apicoles.

___________