La fabrique sociale de l’écologisation de l’agriculture

Pourquoi certains agriculteurs changent-ils leurs pratiques et diminuent-ils ou non le recours aux intrants chimiques, voire « passent » à l’agriculture biologique ? Pourquoi d’autres ne le font pas ? Comment cependant changer les pratiques agricoles sans changer aussi celles des autres « maillons » du système agri-alimentaire, de l’amont (fourniture d’intrants) à l’aval (industries agro-alimentaires et distribution) en passant par le conseil agricole, la recherche ou les politiques publiques ?  Cet ouvrage propose un basculement du regard, qui, non plus focalisé sur un aspect de la question et un type d’acteurs (les innovations technologiques et l’agriculteur), invite à décrypter les interdépendances dans lesquelles sont « pris » les agriculteurs.

La question de la fabrique sociale de l’écologisation de l’agriculture, et plus largement, du système agri-alimentaire traverse ce livre. On verra comment ce processus social de transformation de l’agriculture dans le sens d’une plus grande prise en compte de l’environnement se joue dans des trajectoires individuelles et d’action collective où se fabriquent les changements de pratiques, appuyés ou parfois contrés par des projets et des dispositifs publics ou privés précisément construits à dessein de changer les pratiques, mais aussi adossés à des visions de l’écologisation qui se forgent et circulent dans les débats publics contemporains où les questions alimentaires et de santé occupent une place croissante.

____________

Claire Lamine est sociologue à l’INRA SAD Ecodéveloppement à Avignon.
Ses thématiques de recherche portent sur l’agriculture biologique et l’agroécologie, et plus largement les processus de transition écologique à l’échelle des agricultures, des filières et des systèmes agri-alimentaires.

____________

Cliquez ici pour commander cet ouvrage